La question que j'ai été amené à me poser au sujet de Béatrice concerne son rapport à l'aire transitionnelle: est-ce qu'elle échange et communique avec nous lorsqu'elle joue de la timbale ou lorsqu'elle psalmodie en parlant de sa famille ?

 

Une folie momentanément possible.

Béatrice sait que les autres existent, mais pendant un moment, elle s'autorise cette folie, ce moment magique. Il est visible que dans ce moment là, elle est seule au monde et joue. Elle utilise des éléments psychiques qui lui sont personnels, un fantasme, des représentations psychiques, une motivation interne, et elle les met en scène en les jouant, en utilisant un matériel sonore disponible dans la réalité extérieure.
Il me semble que Brigitte fait là une expérience de communication avec soi-même. Elle joue pour elle tout en étant avec nous.
Il me semble que si Béatrice réalise cette expérience qui consiste par le jeu à exercer une action sur son histoire, ici et maintenant, dans le contexte de l'atelier de musicothérapie, c'est peut-être parce qu'elle n'a pas eu l'occasion de le faire par le passé.
D'où cette immense satisfaction, qu'elle ne cache pas, de pouvoir réaliser cette expérience nouvelle. Ce besoin visiblement existait en elle, puisqu'elle n'a pas tâtonné longtemps avant de trouver la voie, mais il n'avait jamais pu trouver une réalisation.
Utiliser ses potentialités d'expression dans une relation partagée avec d'autres personnes ne l'intéresse pas pour le moment. Elle n'en est pas là. Son besoin actuel est, me semble t'il, d'explorer sa propre aire de jeu, et passe par cette expérience de contrôle magique qui a sans doute ses racines dans l'expérience de l' omnipotence originaire .
Cette puissance et cette emprise dans le jeu de Béatrice peuvent être entendus comme une tentative pour faire face au " choc immense que représente pour l'individu la perte de l'omnipotence . "
L'aire transitionnelle est un espace d'illusion et de magie rendus possibles par la confiance que la personne trouve dans son environnement immédiat. Béatrice sait qu'elle peut s'autoriser ce moment pour elle, qu'on est là pour cela en musicothérapie, parce que je l'ai clairement expliqué aux participants. Du reste, dans le cadre de cet atelier sonore, Béatrice m'a entendu jouer et chanter à ma manière, attitude qu'elle peut ressentir comme bien plus folle que la sienne.
Cette expérience magique met Béatrice en joie jusqu'à la fin de la séance.