L'écoute de la musique contemporaine.

J'ai fait écouter divers styles de musiques à Marilyne.
Lorsqu'elle écoute une musique qui comporte une pulsation rythmique régulière, Marilyne croise ses jambes confortablement et commence à balancer la jambe qui se trouve au-dessus, au rythme de la pulsation. Elle entend ou elle écoute sûrement, mais son visage est figé, et elle ne communique pas avec son entourage.
Je lui ai proposé, de manière intuitive, d'écouter de la musique contemporaine. J'ai choisi pour elle Sequenza III ( pour voix de femme ), de Luciano Berio. Cathy Berberian interprète cette composition a capella. On y entend du chant, avec des passages aigus et stridents, et d'autres plus graves qui mettent en valeur tout le " grain " de la voix ; on y entend aussi des cris, des éclats de rire, des paroles, des bruits de bouche, des soupirs de satisfaction. Cette magnifique pièce est une exploration du registre de la voix féminine. Les paramètres du son varient constamment, notamment les hauteurs, les durées, les intensités. Marilyne tourne vers moi un regard interrogateur : " Qu'est c'est c'est c'est ça ? " me dit-elle d'une voix grave où perce l'incrédulité. Je lui réponds que c'est une femme qui chante. J'essaye d'imiter la chanteuse dans ses vocalises, et Marilyne se met elle aussi à imiter ce qu'elle entend, à produire des sons variés et des bruits de bouche . Elle se surprend un peu à faire cela, me regarde, puis rit très fort. Marilyne fait aussi des grimaces : elle écarquille les yeux, fait la bouche ronde, et recule brusquement la tête pour mimer l'étonnement. Je réponds à Marilyne par des moues improvisées, suscitées par la musique que nous écoutons ensemble. Chaque fois que la chanteuse change de registre, Marilyne produit un son avec sa bouche puis éclate de rire. Elle regarde encore les enceintes fixées au mur, et me redemande, toujours surprise : " Qu'est c'est c'est c'est ça ? " Elle rit de nouveau.
Il me semble que Marilyne ressent cette expérience partagée avec moi un peu comme une bonne blague que je suis en train de lui faire.
Marilyne reste cependant attentive et active de cette manière pendant toute l'écoute.
Lorsque je lui propose d'arrêter la séance, elle me dit " oui " et son visage reprend immédiatement sa fixité habituelle. Elle se coule dans son canapé et croise les jambes. Je lui demande si ce qu'on vient d'écouter l'a intéressée, elle me répond " oui, …est bien ! " en souriant et inclinant la tête avec une certaine conviction.