La pop music et le rock.

A 15 ans, je jouais de la batterie avec des barils de lessive, sur lesquels je tendais du papier kraft avec des élastiques.
A la Maison des Jeunes de mon village, nous avons décidé de former un groupe de rock, avec quelques copains qui apprenaient la guitare et les claviers, et j'ai obtenu un crédit pour investir dans une vraie batterie d'occasion. Nous écoutions les groupes anglo-saxons à la mode, les Beatles, les Rolling-Stones, Jimi Hendrix, les Doors, et d'autres.
Nous empruntions l'amplificateur du curé sur lequel nous pouvions brancher les guitares, que nous avions munies de micros. Nous avions également apporté dans notre local un immense harmonium que l'on nous avait donné, et qui provenait d'une vieille cure. Il fallait pédaler, bien sûr. Je réalise que l'Eglise nous a beaucoup encouragé dans notre entreprise. Et par un hasard étrange, c'est moi qui proposai le nom du groupe, les Archevêques Excommuniés, avec la bénédiction (!) de chacun des membres.