Résumé et analyse des séances.

Il me semble que le passage du premier instrument (le xylophone) au second (la timbale) a libéré la capacité d'expression de Béatrice.
La timbale lui permet d'être elle-même, alors que le xylophone, ne serait-ce qu'à cause des lames qui sautent, constitue une entrave, et ne lui permet pas la liberté qu'elle peut éprouver maintenant.
Ses commentaires après la séance sont plus enthousiastes encore depuis qu'elle utilise la timbale. Son enthousiasme dure jusqu'à son retour sur le foyer, où elle explique avec véhémence aux éducateurs ce qu'elle vient de faire, gestes à l'appui, en éclatant de rire :
" Tambour Guy…boum…boum…rouge-jaune !… "
Les autres membres du groupe n'étaient pas pris en compte pendant les premières séances. Depuis qu'elle a adopté la timbale, elle demande régulièrement à chacun d'entre nous si nous avons eu peur. Il me semble qu'elle doit avoir là le sentiment d'exercer un action importante sur le monde qui l'entoure. Elle nous assomme pour mieux nous demander ensuite ce que nous en pensons.
Je note que Béatrice met fin d'elle-même à son jeu.