La ritualisation des séances.

En musicothérapie, la ritualisation dans le temps consiste en la répétition régulière des séances ; elles ont lieu chaque semaine à la même heure, au même endroit ; elles sont prévisibles, pensables, et peuvent ainsi s'inscrire comme repères dans la psyché des patients.
Cette ritualisation permet entre autre au sujet d'accéder à la dimension de l'attente, du désir, d'une séance à l'autre, ouvrant ainsi un espace dans lequel peut s'inscrire quelque chose de l'ordre du symbolique.
Chacun appréhende la séance à sa manière.
Herbert, d'un air désinvolte : " Et cet après-midi, musicothérapie ! "
Marie-Pierre : " Vendredi, on fait la musique, comme d'habitude ? "

Cette ritualisation dans le temps est à rapprocher de la rythmicité des relations entre la mère et son enfant.
Ce maintient de cette relation dans le temps est nécessaire pour que l'objet d'amour et sa permanence s'établissent dans la psyché naissante de l'enfant, ainsi que le lien affectif entre la mère et l'enfant. Une absence de la mère est ressentie par l'enfant comme une perte momentanée de soi. Si la mère est " suffisamment " présente, bien qu'il ait à apprivoiser les moments d'absence, l'enfant comprend qu'il peut compter sur cette mère-amour, et intériorise ainsi progressivement cette relation au fil du temps, en même temps que s'établit en lui une confiance suffisante en la vie et en lui-même.

" Quand la mère ou tout autre personne dont l'enfant dépend s'absente, nul changement immédiat n'intervient. Le petit enfant garde en effet le souvenir ou l'image mentale de la mère, ou encore ce que nous appelons une représentation intérieure, qui peut rester vivante pendant un certain laps de temps. Quand la mère est absente pendant une période qui dépasse une certaine limite mesurée en minutes, en heures ou en jours, le souvenir de la représentation s'efface . "

En musicothérapie, un travail relationnel régulier dans le temps permet au patient d'élaborer et de maintenir vivante une représentation mentale structurante.