Le saxophone.

Puis j'ai réalisé un peu plus tard, qu'il me manquait une dimension mélodique. J'ai acheté un flûte traversière d'occasion, puis peu après un saxophone alto, et je me suis lancé dans l'étude du saxophone de manière autodidacte ( avec mes quelques bases de musique classique ).
J'ai commencé à jouer de manière empirique tous les intervalles de la gamme chromatique, en repérant les clés nécessaires. Je suis assez vite passé au saxophone soprano. En écoutant le son de cet instrument, élastique, vivant, j'ai eu une espèce de coup de foudre.
J'ai appris à improviser sur des accords simples en bénéficiant de temps à autres des conseils d'un ami professeur de saxophone, lorsque je rencontrais des difficultés.
J'ai participé à un big-band de jazz avec ce musicien pendant deux ans, j'ai joué ensuite dans un groupe de musique folklorique et traditionnelle, dans lequel j'avais une grande liberté pour improviser, et après avec un chanteur.
J'ai joué avec différentes personnes, mais je crois que c'est seul avec mon instrument que j'ai passé le plus de temps. C'est un instrument qui n'est pas facile et qui exige une bonne forme physique.