Les séances avec la timbale.

Après ces six séances, Béatrice a découvert la timbale, et l'utilise maintenant à chaque séance. Elle l'appelle "Tambour Guy". Elle la frappe avec deux mailloches en feutre qu'elle nomme "Rouge-jaune", parce qu'elles ont un petit adhésif , sur l'une il est rouge, sur l'autre jaune.
En début de séance, elle s'installe, croise les bras et attend.
J'essaye d'attirer son attention sur le jeu d'un autre participant:
" Ecoute, Béatrice, c'est Marie-Claire qui joue..! "
Mais Béatrice se renfrogne comme si je l'agressais, détourne la tête, et me dit d'un air contrarié:
" Non !… pas tambour Guy !… "
Elle n'est pas pressée de jouer, mais j'ai observé que tant qu'elle n'a pas joué elle ne prête aucune attention aux autres.

A mon signal, elle frappe simultanément avec les deux mailloches la peau du tambour, assez fort. Elle écarquille les yeux, rit franchement, et baisse la tête pour se concentrer sur l'instrument. Parfois elle relève la tête et cherche le regard des autres participants, ou guette leur réaction, ce qu'elle fait aussi avec moi.
Elle joue une pulsation régulière, chaque coup a la durée moyenne d'une noire, mais l'intensité va croissante, jusqu'à devenir difficilement supportable. Béatrice frappe de bon cœur. Je vois que cet exercice est assez pénible physiquement pour Béatrice, qui s'arrête juste le temps de reprendre son souffle, et se remet à jouer sa pulsation.
Elle balance la tête de droite à gauche, hilare, avec un mouvement des yeux dans ma direction qui trahit l'étonnement, comme pour dire: " C'est pas facile, mais c'est bien, c'est magique. "
Elle joue de cette manière sans variations, avec des pauses de 1 ou 2 secondes, puis reprend. Je lui demande de s'arrêter au bout de 2 ou 3 minutes, et lorsqu'elle comprend que c'est la fin, elle se met à jouer quelques coups très rapides, comme pour en profiter au maximum. Je lui demande de dire son nom:
" Tambour Guy! "
" Non, toi, comment tu t'appelles? "
" Tambour Guy, …la musique…rouge, jaune… ". Je note qu'elle m'associe à son expérience.
Je lui demande ce qu'elle pense de ce moment de jeu. Mais Béatrice me désigne déjà de la tête les enceintes fixées au mur, en hauteur. "Allez!…la musique !" me lance-elle en riant. Elle veut réécouter tout de suite.